COMMUNIQUÉ

Mesdames et Messieurs, Chers Dracenois, Chers amis.

Dans l’édition de #VarMatin du Mardi 29 Janvier 2019, l’actuel maire de #Draguignan à la recherche d’un bilan politique sur 5 ans de mandature , s’est cru autorisé à m’injurier publiquement en me traitant de « manipulateur », terme qui constitue, selon la jurisprudence de la chambre criminelle de la cour de cassation, le délit d’injure publique (loi du 29.7.81)

Mieux encore, il me désigne comme son futur adversaire aux élections municipales de mars 2020 sans répondre à la question orientée et partisane du journaliste : pourquoi son directeur de campagne de mars 2014 va t’il oser se présenter contre lui ?

Chers amis, vous me connaissez. J’ai déjà œuvré et servi pour Draguignan, ville dans laquelle j’habite avec ma famille depuis 6 ans, ville pour laquelle j’ai choisi aussi d’y payer mes impôts, même si les taux les plus hauts du Var ne sont pas en rapport avec les services attendus. Je fais mes courses à Draguignan, je consomme aussi à Draguignan, mes enfants vont à l’école à Draguignan, ma femme travaille à Draguignan. J’ai de la famille bien connue à Draguignan. Je suis, comme vous, un citoyen bien dans sa ville, tout aussi légitime que n’importe quel Dracenois « autoproclamé de souche ».

Me décrire comme un parachuté c’est bien mal connaître la politique. Un parachuté c’est un élu d’un autre territoire  qui vient comme mercenaire à une élection. Ce n’est pas du tout mon cas. Pour autant, j’ai 18 ans d’expériences politiques à haut niveau, ce qu’aucun de mes adversaires à ce jour ne peut revendiquer. Cela serait-il si mauvais pour Draguignan de faire profiter les Dracenois des meilleures pratiques politiques ?

Le maire me décrit comme un loup politique. Il a oublié que c’est le fameux « loup » qui l’a fait élire… A cette époque je ne représentais sûrement pas « le danger pour la démocratie  » qu’il décrit, puisqu’il a su m’utiliser. Je tiens d’ailleurs toutes les archives de la campagne à disposition s’il manifestait quelques trous de mémoire.

Aussi et pour finir, se sentir autant menacé alors que je n’ai rien déclaré comme candidature, c’est finalement faire preuve de très grande fébrilité avant l’heure. Qu’il se souvienne enfin, que dans les lois de la nature, tout comme en politique, les loups mangent les chèvres.

Mathieu Werth

Président

Draguignan Pour Tous